l'info d'aujourd'hui par les journalistes de demain

Abonnez-vous aux flux RSS de haut courant

Mise à jour : 9 mars 2017

Ozlem Unal

Promotion : 2012
Nom d'étudiant(e) : Unal
Prénom : Ozlem

A propos de Ozlem Unal :

Un portrait de moi…

Dans le métier de journaliste, il faut montrer qu’on a du style.
Pour commencer, je vais arrêter de ponctuer mes phrases de virgule, « style » typique de Flaubert, qui était critiqué pour ces phrases simplistes, or parfois les frivolités ne servent qu’à masquer une vérité dérangeante.
Aujourd’hui pour se distinguer, il faut « Avoir une plume », sachant que cette métaphore n’est plus valable, un stylo bic, un bloc-note sous le bras, tel est l’équipement du journaliste « des temps modernes ». Je vais tacher au mieux de me décrire, moi, mademoiselle Ozlem Unal, 21 ans, de parents d’origines turc, issus de l’empire ottoman si on va plus loin, née à l’ancienne Gaulle, Lyon.
Comme tous les autoportraits classiques, je commence par dévoiler quelques traits de mon physique. Lorsque j’ai tapé « autoportrait » dans Google, on m’explique qu’il faut commencer par se décrire physiquement… Je mesure 1.67 soit 5 cm de plus que la moyenne des femmes françaises, et 13 cm de moins que les mannequins qui défilent dans les podiums et font chavirer le cœur de vous, messieurs.
Seulement, Google c’est trop commun, et pour vous séduire je me dois d’être plus originale… Pourtant, il est inéluctable de constater, que l’individualité absolue n’existe pas. Si indépendant que l’on se croit, on est marqué par les idées générales de son époque, ne serait-ce que si on les conteste. Bourdieu, monstre sacré de la sociologie, dans « les Héritiers » démontre le système de reproduction des classes sociales. Si je me base sur ses thèses je finirai le restant de mes jours au restaurant de mes parents, spécialisé dans la cuisine turc, le kebab. J’aime manger du kebab, je suis gourmande, mais je ne veux pas finir « kebabier », encore un mot inventer par les Goncourt ? Non, par moi-même. Regardez, Robert Desnos, grand poète et surréaliste, son père était boucher ! Ou bien André Breton, qui était fils de gendarme.
Par ailleurs, j’ai un porte-chance, qu’un moine Tibétain m’a transmit lors de mon voyage en Thaîlande, durant mon semestre en Asie. L’Asie, un continent qui m’a fait rêver, car que serait la vie sans amour et sans rêve. La Chine, « le monde jaune » titrait les journaux du monde entier, qui aurait prédit que l’empire du milieu deviendrait la 2ème puissance mondiale ? Hong-Kong, Shanghai : deux villes planétaires incroyables et riches en technologies, buildings, gratte-ciel, industries, mais pauvre en culture. Mao pensait que la modernité voulait dire se débarrasser du passé, il a donc détruit énormément de monuments lors de « la révolution culturelle ». C’est d’ailleurs une des causes qui explique la fascination des chinois pour l’Europe et Paris, Mt Martre, une de leur place préféré, où ils vont acheter des tableaux qu’ils croient peints par des français, alors que ces mêmes tableaux proviennent de Chine. On appelle cela la Globalisation, la réduction des frontières, au même moment tout le monde a appris la mort de Mickaêl Jackson !
Actuellement en stage au journal le Progrès, j’ai écrits pas mal d’article, et je peux enfin dire que je suis bien placée pour savoir que le style propre des journalistes consiste à avoir peur de répéter. C’est ainsi que nous lisons dans leurs articles des « avouer » après un « dire », qui lui-même succède à un « affirmer »… Il consiste également à s’improviser Balzacien, selon le préjugé que certains mots sont élégants. Balzac s’autoproclamait Historien, car il décrivait les mœurs de la société bourgeoise parisienne or c’était bel et bien un romancier, qui adorait faire des portraits comme lorsqu’une duchesse l’intriguait et passait des heures à arranger sa coiffe.
Un jour, mon professeur d’anglais, en rendez-vous avec ma mère, au collège, lui avait dit : « vôtre fille aime la vie ». Tout à fait d’accord Madame Mazoero. J’aime vivre, découvrir de nouveaux paysages, nouveaux endroits, je suis d’humeur joyeuse. A l’opposé, car il faut toujours nuancer nos propos, tradition de nôtre sphère naturelle et médiatique, (le jour/la nuit, le chaud/le froid, Sartre/Camus, Rousseau/Voltaire), je peux devenir très têtu lorsque je pense que j’ai raison, et lorsque je n’arrive plus à argumenter, je secoue ma tête, comme le faisait mon grand-père.
Hobbes disait que « l’homme est un animal politique », je préfère la citation de Charles Dantzig : « l’homme est un animal artistique ». Il joue avec les mots, je veux jouer avec les mots et avoir la liberté de mener des combats avec ces mêmes mots afin d’œuvrer pour la vérité.
Noble projet.

Ses articles sur hautcourant.com :

Région - 16/02/12

"Le Monde" pose ses valises à Montpellier

Par Anthony Tejero, Nezli Tabet, Ozlem Unal

Rencontre avec Jonathan Parienté. Journaliste au Monde, il fait souvent escale à Montpellier dans le cadre du projet "une année en France".

>> Lire la suite

Lu 1141 fois

Société - 11/01/12

Quand le législateur s’improvise historien

Par Ozlem Unal

La loi sur les génocides a été votée par l’Assemblée nationale le 22 décembre 2011. Ne manque plus que l’approbation du Sénat le 23 janvier. Si elle passe, elle condamne la négation du génocide arménien (...)

>> Lire la suite

Lu 439 fois - 1 réaction

Musique - 28/11/11

Rencontre avec la chanteuse Nneka

Par Ozlem Unal

Mardi 22 Novembre, Nneka, chanteuse de hip-hop et soul de 29 ans, était au Rockstore pour interpréter son troisième album :« Soul is heavy ». Dans une ambiance intime, l’artiste nigériane a tout donné (...)

>> Lire la suite

Lu 764 fois

Région - 20/10/11

Primaires socialistes, dernière ligne droite !

Par Anthony Tejero, Dorian Gelis, Laura Diacono, Marie Deschamps, Nezli Tabet, Ozlem Unal

Dimanche 16 octobre, jour d’élection pour désigner le candidat définitif du parti socialiste aux présidentielles d’Avril prochain. Enquête sur le terrain…

>> Lire la suite

Lu 461 fois - 1 réaction

Lui écrire


Rejoignez Haut Courant sur Facebook