l'info d'aujourd'hui par les journalistes de demain

Abonnez-vous aux flux RSS de haut courant

Mise à jour : 9 mars 2017

Port-Marianne : le mal-vivre des commerçants

dimanche 16/03/2014 - mis à jour le dimanche 16/03/2014

Port-Marianne, le nouvel Eldorado promis aux montpelliérains, peine à se diversifier. Entre les innombrables bâtiments et bureaux d’entreprises, les commerçants ont la vie dure. Résultat : des habitants frustrés, des restaurants qui pullulent, un flux extérieur qui n’arrive pas...

Port-Marianne n’a rien du quartier vivant et attractif décrit dans les annonces immobilières. Tranquille, ça oui, il l’est. Le quartier vit le midi. Au rythme des cadres et employés aux alentours. 20 heures passées, ce n’est plus la même ambiance. Les rues sont désertes et sombres. Quelques riverains s’aventurent sur le bassin Jacques Cœur. Souvent les mêmes. Ils promènent leurs chiens ou passent rapidement en footing. Les visiteurs se font rares. Les plus débrouillards arrivent à se garer et regagnent un restaurant. Car les restaurants, ce n’est pas ce qui manque aux alentours.

La logique du tout-restaurant poussée à l’extrême

« Les restaurateurs du Bassin Jacques Cœur ferment les uns après les autres. Il y en a trop  », résume Alain, un riverain. Pour ce sexagénaire, membre de l’association Défense du Bassin Jacques Cœur, la Serm (Société d’équipement de la région montpelliéraine) est la principale responsable : «  Elle a voulu faire de Port-Marianne un endroit festif. Mais à trop mettre de restaurants...la concurrence tue  », tranche-t-il. Des propos relayés par Jean-François Boudet, président de l’association des professionnels de Port-Marianne. « C’est la Serm qui décide de l’implantation des commerces avec la mairie. Les restaurants sont imposés sur le bassin Jacques Coeur  », explique-t-il. Les restaurants autour du bassin sont quasiment une institution. A tel point que l’arrivée d’un quelconque autre commerce sur ce secteur en étonne plus d’un. « Un magasin de vêtements avait ouvert en début d’année. Il n’a pas fait long feu. D’ailleurs tout le monde s’est demandé ce qu’il venait faire ici  », se rappelle Jean-François. Cet agent général d’assurance ne semble pas trop dérangé par le surplus de restaurants. Il travaille chez Axa, à l’angle du bassin. «  Moi, ça ne me gêne pas qu’il y ait autant de restaurants. C’est pratique pour déjeuner le midi, j’ai le choix ! », plaisante-t-il. Il reconnaît tout de même que cela pose problème. «  Souvent, les restaurants ne sont ouverts que le midi. Le soir, seuls la Factory ou le Trinque-Fougasse, celui de mon frère, sont ouverts. Port-Marianne, c’est beaucoup de bureaux. Les gens qui déjeunent là le midi travaillent sur le bassin ou viennent du Millénaire. Le soir, c’est désert  », regrette-t-il.
Il est vrai que la concurrence est rude. Si le Trinque-Fougasse et la Factory s’en tirent bien, les restaurants milieu de gamme ont bien du mal à maintenir le cap. Les charges sont énormes et la clientèle se dilue. En témoigne le turnover impressionnant des restaurateurs. Marc Rayna, vice-président du comité de quartier de Port-Marianne, est bien placé pour en parler. Il est agent immobilier : «  Les restaurants sont tellement nombreux qu’on aurait de quoi nourrir la moitié de Montpellier ! Le prix des loyers est rédhibitoire. Sur le Lez, il faut compter 23 euros le mètre carré pour de la location, sans charges. Sur le bassin, c’est bien plus cher. Par exemple, le restaurant Jap Asian, qui compte 200m² de surface, doit payer un loyer mensuel de 7000 euros. Si vous êtes la Tour d’Argent (restaurant chic de Paris à 170 € le menu du soir, ndlr) vous pouvez vous le permettre, mais sinon...c’est suicidaire ». Il conclut, un brin défaitiste : «  La mairie a vendu ce quartier comme étant les nouveaux Champs-Élysées. Du coup, les prix sont très élevés. Les investisseurs achètent les locaux très cher et forcément, derrière, ils les louent cher. Malheureusement, au bout de la chaîne, les gens n’ont pas l’argent nécessaire pour faire face ».

Et le commerce de proximité alors ?

A l’image de tous les habitants, Didier, retraité, regrette qu’il n’y ait pas plus de diversité des commerces. «  Si on avait mis d’autres types de commerces et qu’on les avait mieux mélangés, tout le monde s’y serait retrouvé. Le tout-restaurant, c’est se tirer une balle dans le pied  », soupire-t-il.
Marc Rayna est remonté contre la Serm et la mairie. « Les gens, ce qui les intéresse, c’est la vie quotidienne. On est censés être le nouveau centre-ville et il n’y a rien... Le Carrefour Market, c’est nous qui avons insisté pour qu’il soit construit  », déplore-t-il. Port-Marianne est un quartier en devenir. Mais la méthodologie de construction n’est pas au point : « On sait monter des immeubles mais il n’y a pas de service minimum offert aux habitants. Pour faire vivre un quartier, il faut une crèche, une poste, des médecins, des commerçants de toutes sortes  », poursuit Marc. Il regrette le manque de relation commerçants-habitants : « moi, en tant qu’habitant, il me manque un boucher, un traiteur, un pressing, un poissonnier... Il y a ce genre de services au Carrefour Market mais ce n’est pas pareil. Chez un boucher de quartier, on n’est pas anonyme  ». Il reconnaît que tout n’est pas noir. Côté boulangeries, la situation est satisfaisante. Le secteur Jacques Cœur en compte trois. Les coiffeurs sont présents. Eux aussi souffrent. «  La dernière fois que j’ai croisé mon coiffeur, il m’a dit qu’il n’avait fait que trois coupes dans la journée. Avant, il était basé à Pérols. Il avait un salon de coiffure qui marchait bien. Aujourd’hui, il se mord les doigts d’avoir déménagé  », rapporte Jean-François Boudet.
Certains services du quotidien sont inexistants. Déposer un vêtement au pressing est un vrai parcours du combattant. Marc Rayna, comme tout agent immobilier qui se respecte, porte tous les jours des costumes. Autant dire que c’est une galère, pour lui : « je dois aller jusqu’à Odysséum. Nous n’avons pas de pressing à Port-Marianne. Moi, encore, ça va, mais imaginez une personne à mobilité réduite... C’est juste infaisable  », peste-t-il.

Pas de lumière, pas de parking, pas d’entretien...

La Serm n’est pas la seule fautive dans l’histoire. Si le flux extérieur n’est pas au rendez-vous, ce n’est pas qu’une question de stratégie d’implantation de commerces. Alain témoigne d’un contexte global qui s’est dégradé. «  Le Fise et le wakeboard ont dégradé le cadre de Port-Marianne. Les roseaux poussent de manière très anarchique sur le bassin. Il n’y a plus cet attrait champêtre du début. Il n’y a quasiment plus de pelouse  ». Selon lui, le cadre joue fortement sur la fréquentation du quartier : «  Avant, venir ici, ça faisait une sortie sympathique. Mais maintenant, les chemins sont défoncés et l’environnement est beaucoup moins agréable. Le bassin est laissé en friche depuis deux-trois ans. Evidemment que ça a contribué à la perte de clientèle  ». Il tient à souligner un problème majeur : le manque de lumière autour du bassin. « Le soir, quand les dames de l’association rentrent chez elles, elles ne sont pas tranquilles. Il fait vraiment très sombre  », commente-t-il. Il ajoute : «  Depuis peu, un camp de roms s’est installé dans le quartier. Les gens ne sont pas venus s’établir à Port-Marianne pour vivre dans un contexte pareil. Mais personne ne fait rien ».
Quoi qu’il se dise, Port-Marianne reste une cité dortoir. Retraités aisés et jeunes cadres moyens se partagent le quartier. Le charme n’opère pas et les visiteurs se font rares. En cause, le stationnement. Un réel handicap dans le quartier. Aller au restaurant, oui. Mais où se garer ? Bien évidemment, les commerçants en pâtissent. Marc Rayna en témoigne : « j’ai parlé à un ami restaurateur il y a quelques jours. Il m’a raconté qu’un soir, des clients qui avaient réservé une table ont appelé pour annuler. Cela faisait 40 minutes qu’ils tournaient en rond sans trouver de place pour se garer. Ça devient vraiment problématique  ». Alain pense que c’est une question de pratique : « Les montpelliérains ont eu l’habitude d’aller au restaurant et de laisser leur voiture juste devant. A Port-Marianne, c’est tout bonnement impossible  ». Odysseum, le centre commercial à ciel ouvert regroupant plus de 100 boutiques, n’est pas loin...et dispose d’un parking de 2000 places. De quoi faire rêver les commerçants de Jacques Coeur. «  L’ouverture d’Odysseum a drainé une partie de la clientèle. Avec ses restaurants, le cinéma et les parkings à côté, Odysseum est beaucoup plus attractif. Ça a créé un réel déséquilibre. Pour le coup, là-bas, on peut aller au restaurant et garer sa voiture juste à côté  », explique Alain.
Les esprits s’échauffent et les tensions se font sentir entre riverains et pouvoirs publics. Les revendications des habitants du quartier sont simples. Marc Rayna se charge de les faire remonter aux autorités compétentes. Visiblement, le temps de réaction est long. Très long. « Il faut une meilleure signalétique. Pas un panneau indique la direction du bassin Jacques Cœur. Il est complètement confiné et n’amène que très peu de clients. De façon similaire, personne ne sait qu’il y a un parking accessible sous la mairie  », rapporte-t-il.

Seules la mairie et la Serm ont le pouvoir de venir en aide aux commerçants de Port-Marianne. Malheureusement, ces instances sont restées muettes face à nos questions. Espérons qu’elles ne seront pas sourdes face à la colère grandissante des habitants du quartier.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

6 réactions

Réagissez

  • Port-Marianne : le mal-vivre des commerçants

    2 juin 2016 09:12, par Isabelle Bahin

    repondre message

    En tout cas, moi, je suis refroidie. Je suis en "arrivance" pour Montpellier où je viens de trouver un travail près d’Antigone. Donc je visite les quartiers et je fais les commerces du coin.
    Et bien j’ai été plus que choquée et je me demande si c’est partout pareil. L’autre jour, je suis allée achetée mon pain à la boulangerie de Richter, là où ils sont en train de construire ce fameux arbre blanc. Je n’avais encore jamais vu çà. La vendeuse (je compris que c’était la patronne après, la plus vieille) non seulement mal aimable mais elle insulte les employées, je n’en reviens pas. C’est honteux. Pas question de retourner dans une boulangerie où on est si mal reçu ! Sans compter le fonctionnement qu’il doit y avoir si on traite aussi mal employés et clients.

  • Port-Marianne : le mal-vivre des commerçants

    11 février 2016 14:22, par épicurien34

    repondre message

    Ce Mr Boudet est bien gentil...mais il faudrait un peu qu’il défende réellement les commerçants de l’association dont il est le président au lieu de faire du lobbying pour le restaurant de son frère ainsi que ceux de ses amis !
    Si, il était vraiment impliqué dans cette association il saurait que non, il n’y a pas que le Trinque Fougasse et La Factory qui sont ouvert le soir !!!
    Le Jap’Asian, Via Kyoto, l’Aoc et le Patacrêpe le sont également !!!
    Et ce dernier l’est même 7j/7 de 9 h à 23 h et ce depuis son ouverture il y a plus de 4 ans. Il est même le seul du quartier à être ouvert l’après midi et les jours fériés, contrairement au autres restaurants du quartier.
    Merci de publier ces précisions.

  • Port-Marianne : le mal-vivre des commerçants

    9 février 2016 17:15, par Michel

    repondre message

    Comparer Montpellier à Besançon est juste hilarant !!! Un trou perdu au fond de la France avec une économie semblable à Montpellier !!! Fallait y rester puisque c’était si bien !

  • Port-Marianne : le mal-vivre des commerçants

    17 décembre 2015 18:07, par vincent

    repondre message

    Montpellier est vendu comme une métropole très attractive ou l’immobilier est cher et les loyers aussi. Sauf que c’est un jeu de poker menteur, le chiffre d’affaires des commerçants est juste à la hauteur de petite capitale régionale (je viens de Besançon, 105 000 habitants et une économie qui vaut celle de Montpellier). Montpellier n’est pas Toulouse, Bordeaux ou Lyon, le verni est en train de craqué, il va avoir des déçus.

  • Port-Marianne : le mal-vivre des commerçants

    4 novembre 2015 15:23, par Aude Deniset

    repondre message

    J’habite ce quartier depuis 7 ans. Ce qui est décrit était vrai, mais s’est atténué au fil des années. Tous ces défauts se gomment peu à peu avec l’extension des constructions, et surtout grâce au travail de longue haleine entrepris par l’association du quartier, dont j’ai oublié le nom. Comme quoi, développer une action locale fonctionne, dans des délais que l’on souhaiterait parfois plus rapides, c’est vrai qu’il faut de la constance et de la ténacité, mais c’est normal qu’il ne suffise pas d’ouvrir la bouche pour obtenir... Sans doute que les problèmes les plus persistants restent le prix des loyers faramineux des restaurants et le manque de places de parking. Mais en échange, cela préserve la tranquillité des habitants de ce quartier travailleur et résidentiel où, comme son nom l’indique, on a besoin d’activités en journée, et de calme en soirée et en nocturne.

    • Port-Marianne : le mal-vivre des commerçants 10 février 2016 13:33, par jean charles

      repondre message

      C’est aussi ça le problème : les habitants veulent du calme. On est dans le sud et à 21h c’est ville morte... Quel interêt pour une ville jeune et dynamique d’avoir un quartier mort ? Aucune vie nocturne, un quartier froid, aucun bar bruyant, aucune terrasse animée, strictement aucun interêt de se déplacer dans cette banlieue sauf si on y travaille... Les habitants qui veulent ’avoir la tranquilité’ comme s’ils habitaient à Dijon se tirent une balle dans le pied. Et pendant ce temps la population qui dépense elle reste dans l’écusson, là où c’est la fête, là où on se sent vivant.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook