l'info d'aujourd'hui par les journalistes de demain

Abonnez-vous aux flux RSS de haut courant

Mise à jour : 9 mars 2017

Marche des diversités : un défilé fièrement solidaire à Montpellier

lundi 17/10/2016 - mis à jour le jeudi 01/12/2016

Crédit photo : Florian Adam

La Marche des diversités, qui s’est tenue samedi 15 octobre à Montpellier, a envoyé un message de solidarité à la communauté LGBTI et aux victimes d’Orlando. Elle est destinée à donner une visibilité aux personnes homosexuelles, bisexuelles ou transsexuelles et à revendiquer la liberté et l’égalité des orientations sexuelles et des identités de genre. Les présidents des Prides du monde entier ont été au rendez-vous.

Unique, historique, singulière. Les qualificatifs manquent pour décrire la 23e édition de la Marche des diversités de Montpellier. Pour la première fois, la communauté lesbienne, gay, bisexuelle, transsexuelle et intersexe (LGBTI) a défilé en présence de la majorité des présidents des Prides européennes et internationales.

Organisé par Fierté Montpellier-Tignes, le rassemblement s’est tenu le samedi 15 octobre. La 22e édition, prévue le 16 juillet dernier, a été annulée par respect aux victimes de l’attentat de Nice. Le président de Fierté Montpellier, Vincent Boileau-Autin, a souhaité maintenir un nouvel événement pour la communauté LGBTI.

« Le meilleur moyen de prédire l’avenir, c’est de l’inventer ! Alors, marchons pour notre avenir ! »

C’est une marche des diversités qui se veut être un retour au militantisme des premiers jours. Les militants, 3 000 selon la police et 15 000 selon les organisateurs, ont marché derrière un seul char depuis le jardin du Peyrou jusqu’à la place de la Comédie en passant par la rue de la Loge.

La date est symbolique, la marche a eu lieu dans un contexte exceptionnel.
C’est la première fois que la France et que Montpellier, la ville autoproclamée la plus « gay friendly », reçoit le Congrès international 2016 de l’InterPride World et de l’EPOA du 11 au 16 octobre. Dans le cadre du congrès l’ex-garde des Sceaux, Chritiane Taubira, a fait le déplacement depuis Chicago pour participer à la conférence publique sur le thème du mariage pour tous.

Aux alentours de 16h30, Vincent Boileau-Autin, président de Fierté Montpellier-Tignes Pride se fait entendre. En tête de cortège, avant d’annoncer le départ de la Marche des diversités, il lance à la foule comme leitmotiv « Le meilleur moyen de prédire l’avenir, c’est de l’inventer ! Alors, marchons pour notre avenir ! »
Sont présents pour l’occasion trois parrains et une marraine : Eric Pineault, président de Fiertés Montréal ; Jean Sébastien Boudreault, vice-président de Fierté Montréal ; Juan Carlos Alonso, de la délégation Asociación de Empresas y Profesionales para LGBT de la Comunidad de Madrid (AEGAL) qui recevra en 2017 à Madrid la World Pride ; et Daphné Bürki, journaliste à La Nouvelle Édition sur la chaîne de télévision C8.

On compte également dans les rangs de la marche des élus locaux, Robert Hue, sénateur du Val-d’Oise et président du Mouvement des progressistes ainsi que la présence non attendue de Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste. « C’est très symbolique, c’est important que vous soyez là aujourd’hui », précise le président de Fierté Montpellier-Tignes.

Interrogée, la journaliste Daphné Bürki se dit « très touchée d’avoir été invitée » et assure qu’elle « ne s’y attendait pas ». Elle a tenu à être là pour « ses convictions et pour passer un message au plus grand nombre et à la communauté LGBT. »

JPEG - 365.4 ko

Présence de Daphné Bürki, marraine de la Marche des diversités.

« Assez, assez, assez de cette société qui ne respecte pas les trans, les queers et les PD. »

Une fois la marche lancée, c’est toute la place qui se met en mouvement en direction de la rue Foch. Plusieurs associations internationales et nationales sont présentes afin de montrer leur engagement pour la cause. Eric Pineault explique pourquoi il se devait d’être présent à Montpellier. « C’est un geste d’union fort qui prouve que nos deux villes (Montréal et Montpellier) sont liées à la même cause. Nous sommes ici aujourd’hui pour dire non à l’homophobie et aussi non à l’extrême droite. C’est pour cela que je suis présent aujourd’hui avec mon ami Jean-Sebastien Boudreault, vice-président de Fierté Montréal. »

JPEG - 720.2 ko

Stanley, San Petersburg, Florida : « We are Orlando. We are here to remember, to show that it doesn’t keep us away. There is a whole world out there ».

JPEG - 546.9 ko

Hamburg Pride, une des nombreuses associations présentes lors de la Marche. Werner, deuxième en partant de la droite, Zurich, Suisse, présent avec la Pride d’Hambourg : « It’s very special to be here today all together. The LGBT community wants to show a world of solidarity in favor of our community. »

Pour Yann-Idris, président de l’association montpelliéraine A.N.G.E.L, association de jeunesse LGBT, « si un pas a été fait avec le mariage pour tous, il reste beaucoup à faire. » L’association est basée sur trois piliers : l’accueil, la convivialité et le militantisme. « C’était inimaginable ne pas être ici. Ça fait 19 ans que l’on milite et que l’on marche. » L’association revendique un droit au don du sang sur les mêmes critères que les hétérosexuels, le droit à la procréation médicalement assistée (PMA), le droit au soin mortuaire pour les séropositifs, mais également plus de reconnaissance pour les transsexuels. Pour lui, la loi sur la démédicalisation du changement de l’état civil adoptée par le Parlement le 12 juillet ne va pas assez loin.
Damien milite lui aussi à sa manière. « Je suis humoriste YouTuber, j’ai une chaine sur laquelle je fais des parodies gays pour la cause homosexuelle. Ça me permet de traiter le sujet d’une autre manière, et de faire passer le message de manière décalée. » Sa participation à ce genre d’évènement est quelque chose d’important, car « le combat n’est pas fini. Beaucoup de choses ont évolué dans le bon sens, mais il reste encore des combats à mener comme celui de la PMA, et toujours lutter contre l’homophobie. »

Tout au long de la marche, sur le son de la musique les manifestants lancent le slogan « assez, assez, assez de cette société qui ne respecte pas les trans, les queers et les PD ».

Hommage aux victimes de l’homophobie

Après deux heures de marche, la manifestation arrive finalement à la place de la Comédie, point d’arrivée officiel du mouvement. Sur les pavés de la place, les milliers de personnes se retrouvent tous ensemble face au char sur lequel ont grimpé Vincent Boileau-Autin et des officiels pour prendre la parole à tour de rôle.
Eric Pineault scande qu’« aujourd’hui nous marchons pour Orlando, nous marchons pour Nice, nous marchons pour tous les pays où il est encore illégal pour les homosexuels de se marier, mais surtout pour la paix et l’égalité. » Pour conclure, la parole est donnée à Vincent, organisateur de l’évènement qui demande une minute de silence en la mémoire des victimes d’Orlando et de Nice, le poing levé.

JPEG - 411.8 ko

Jean-Christophe Cambadélis à la Marche des diversités.

Présent jusqu’au bout de la manifestation, Jean-Christophe Cambadélis nous confie qu’il est heureux d’être à Montpellier pour la marche des Fiertés. « En étant ici je montre mon engagement face à la cause LGBT, et avec la mienne celle du gouvernement. Par la même occasion, cela me permet de montrer mon désaccord avec la « Manif pour tous » qui a lieu, elle, demain dans les rues de Paris. » La « Manif pour tous » manifeste, dimanche 16 octobre, contre « les attaques faites à la famille » par le gouvernement socialiste. Cette dernière a rassemblé, rapporte Le Monde, entre 23 000 et 24 000 personnes selon la préfecture de police et 200 000 selon les organisateurs.

Localiser cet article :

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook