l'info d'aujourd'hui par les journalistes de demain

Abonnez-vous aux flux RSS de haut courant

Mise à jour : 21 février 2018

Lost in the swell : faire du surf une aventure

dimanche 10/12/2017 - mis à jour le lundi 18/12/2017

Crédit photo : ©lost in the swell

Les trois bretons surfent sur la vague du succès. Leur dernier trip : les côtes sauvages du Gabon. De cette aventure sportive et humaine hors du commun, ils ont fait un film : Le Paradis Perdu. Rencontre avec la bande de copains qui fait bouger les codes du surf.

Incarnent-ils la nouvelle vague du surf français ? Les trois youtubeurs-surfeurs brestois de Lost in the swell, Aurélien - dit Nono - Ewen et Ronan n’en finissent pas de faire parler d’eux. En octobre dernier, ils raflaient la mise au cours de la première édition du festival du film de voyage et d’aventure What a trip à Montpellier en remportant trois prix dont le Grand prix du jury et le Prix du public grâce à leur long métrage Le Paradis perdu, tourné au Gabon. Une consécration.

Mais avant d’être une success story, c’est avant tout une histoire de copains, le surf en filigrane.

De la Bretagne à l’Indonésie

C’est en sixième qu’ Ewen et Ronan se rencontrent. Une amitié se crée autour d’une passion : celle du surf, qu’ils s’amuseront à partager tout d’abord occasionnellement sur internet à travers des petites vidéos de leurs exploits. Ce n’est qu’au début des années 2000 qu’ils font la connaissance de Nono, « sur un parking d’un spot de surf », en rient-ils encore. « C’est moi qui suis rentré dans leur crew de surfeurs-skateurs-bodyboardeurs, se remémore Nono. Depuis, on ne s’est plus séparés ».

Tandis qu’Ewen et Nono sont moniteurs de surf, Ronan, lui, vit de la vidéo et de la photo. Il tournera avec Nono le premier film de surf en Bretagne : Barravel.

Après, tout s’enchaine. Ils partent trois mois au Maroc au moment où TF1 lance la première saison de Koh Lanta. Une source d’inspiration inattendue : « Et pourquoi on ferait pas notre Koh lanta ? ». Le concept était lancé. L’Indonésie suivra, avec un film qu’ils tenteront sans succès de vendre aux médias. « On avait bossé comme des fous sur le sujet, on ne voulait pas abandonner. On a donc réfléchi à une autre solution ». Cette solution a été de faire de ce film une websérie sur Dailymotion. Énorme carton dans le milieu du surf. Ils totalisent 2 millions de vues sur leur site. La formule fonctionne.

Leur ambition commune : ne pouvoir vivre que de ça. Un souhait peut-être bientôt exhaussé. Le succès attire les partenaires : « On a fidélisé des marques dont on est devenus les ambassadeurs. Elles nous aident à concrétiser nos projets et à devenir des youtubeurs », explique Nono. Les trois aventuriers utilisent aussi le financement participatif, qui représente près d’un quart de leur budget voyage. C’était le cas pour leur dernière aventure au Gabon, le « Paradis Perdu »…

Lost in the swell, l’interview

JPEG - 934.9 ko

Le trio Lost in the swell, avec de gauche à droite : Aurélien - dit Nono, Ronan et Ewen.

Comment procédez-vous pour vous mettre d’accord sur une destination et quels sont vos critères de choix ?

Nono  : On valide tout à trois. On passe des heures sur Google earth. Le fait d’apporter un coté écolo dans nos moyens de transport est important. Pour le voyage au Gabon, on a choisi les vélos « fatbike » de Solidream. Pour le précédent voyage, on se déplaçait sur un trimaran éco-conçu.
Le shaper qui construit les planches de surf ne bosse qu’avec des matériaux qui viennent du pétrole. Un pain de mousse c’est du pétrole, on n’arrive pas à le recycler. Du coup, on fait faire nos planches de surf par Notox au Pays basque. La fibre de verre est remplacée par de la fibre de lin et la résine est coupée par de la cellulose de pin.

Cette dimension écologique est très prégnante dans le film... Quel message vous voulez transmettre ?

JPEG - 781.6 ko

Au Gabon, des plages jonchées de déchets amenés par l’océan.

Nono  : Oui c’est vrai qu’on la souligne énormément. Au Gabon, on a été choqués par la pollution. C’est alarmant. On ne s’y attendait pas. Il faut le dire. Aujourd’hui on parle dans tous les médias d’éco-responsabilité, d’éco-gestes. Nous, on avait déjà ce rapport-là à l’environnement, parce qu’on est surfeurs, on est toujours au contact des éléments et de la nature. Bien évidemment cela se ressent dans nos vidéos, on le met en avant. Comme on le voit avec nos planches de surf, il y a des solutions à tous ces plastiques et cette pétrochimie. On peut faire sans en fait. C’est ce qu’on essaie de dire aussi par le biais de nos films. Le but est de sensibiliser. D’ailleurs, dès qu’on le peut, on va en parler dans des écoles.

Durant votre voyage, vous vous déplacez quasi exclusivement en vélo, sur des terrains peu praticables et avec tout votre matériel. Physiquement, ça a l’air très éprouvant... Comment vous êtes-vous préparés à cela ?

Nono  : On est partis au Gabon durant l’été 2016. À l’automne 2015, on a organisé trois semaines de mise en situation en traversant l’Aquitaine à vélo. Ronan fait du longboard, Ewen et moi on surfe tout le temps. On est tous les trois en forme toute l’année !

Ewen : La préparation du projet nous a demandé beaucoup de temps. Et plus l’échéance approchait, plus on avait de choses à faire. C’est sûr que si on avait eu le luxe de pouvoir se dégager du temps pour faire plus de vélo, ça aurait été mieux. Parce que le surf, c’est le haut du corps qui travaille pas mal et moins les jambes. Du coup, au début de l’aventure, c’était vraiment dur ! Au fur et à mesure, on devenait plus performants.

JPEG - 824.3 ko

Les trois amis ont sillonné les plages gabonaises en "fatbike".

Aujourd’hui, le surf s’est démocratisé et suscite un engouement énorme. Vous, vous cherchez des spots cachés au bout du monde. Quelle est votre perception de cette activité ?

Ewen  : C’est vrai que maintenant pour une pub de parfum, tu as du surfeur, pour une agence de voyage, tu as du surfeur... C’est le sport à la mode !

Nono  : Nous, on est à l’opposé, on est des explorateurs. Depuis toujours, l’univers du surf c’est des pros qui surfent bien dans des vidéos. Le surf a toujours été une compilation d’images et de figures, comme tu peux voir le patinage artistique. Mais tu ne sais pas qui sont derrière ces surfeurs hyper performants et dont on ne connait que le nom. On essaie de montrer l’envers du décors.

Ewen : C’est vrai que chez nous, ces dernières années, il y a de plus en plus de monde dans l’eau. Pour le surf, c’est pas forcément l’idéal. Nous ce qu’on cherche, c’est l’idée de partir à l’autre bout du monde et surfer des vagues seuls. Ça peut paraître paradoxal parce qu’on participe un peu à la promotion du surf et d’un autre côté on part à l’autre bout du monde pour être tout seul !

JPEG - 763.2 ko

Aurélien surfe les vagues gabonaises avec combinaison et bracelets anti-requin.


Un moment dans le film on voit un aileron... Vous n’avez pas eu peur ? Les combinaisons anti-requin et les bracelets, ça marche vraiment ?

Ewen et Nono  : C’était un dauphin ! (rires)

Ewen : Mais il y avait des requins. En gros, pour les systèmes anti-requin, il y a la combinaison qui rappelle les rayures du serpent corail. Ce sont des Australiens qui ont développé ça. Le serpent corail est un des serpents les plus venimeux de la planète et les requins seraient repoussés par le signal visuel. Sauf que le visuel, ça marche dans l’eau claire et au Gabon, l’eau était trouble. Donc je pense que ça ne marchait pas. Et les bracelets anti-requin, ce sont des aimants, ça perturberait leurs électro-récepteurs.

C’est au conditionnel ?

Ewen : Oui, quand on est rentrés du Gabon, un jeune s’est fait attaqué par un petit requin. Et il avait ce bracelet à la main. Par contre, c’est un bon placebo. Une fois, on est allés surfer en short, on était beaucoup plus stressés que lorsqu’on avait nos combinaisons et bracelets, même si on savait que ça ne servait pas à grand chose.

Prendre des risques, ça ne vous fait pas peur ?

Nono  : Pendant le voyage, il peut t’arriver n’importe quoi. En marchant sur la plage, tu peux te piquer avec une seringue, il y en avait plein au Gabon. Là, tu rentres en France direct. Et même notre panneau solaire, si tu le casses : plus de batterie, plus de caméra, plus de film, tu trouves une solution ou tu rentres à la maison. Parfois ça ne tient qu’à un fil ! Sur ce trip-là on n’a pas été malades, on n’a rien cassé. On a eu une bonne étoile.

Et la prochaine aventure ?

Nono  : On a plus ou moins tranché la destination mais je ne peux pas trop vous en dire plus. Le moyen de transport écolo, ça va être très original. Il faudra qu’on se forme alors on va partir cet hiver tourner un épisode pilote au sud de l’Europe, là où il y a des vagues. Le voyage de trois mois, ça sera à l’automne 2018.

Le site du trio Lost in the Swell : https://www.lostintheswell.com/

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook