l'info d'aujourd'hui par les journalistes de demain

Abonnez-vous aux flux RSS de haut courant

Mise à jour : 9 mars 2017

Les déchets en outre-mer : le tri et le recyclage rament

samedi 09/01/2016 - mis à jour le samedi 09/01/2016

Crédit photo : Fotolia - Gaël Fontaine

Si le tri des déchets rentre peu à peu dans les habitudes des français, certains départements sont à la peine. C’est notamment le cas des territoires ultramarins. Dans le cadre de la COP21, Eco-Emballages, éco-organisme en charge du tri et du recyclage des emballages ménagers, propose une série d’actions pour augmenter les performances de ces territoires. Une opération plus compliquée qu’il n’y paraît.

Trier ses déchets : ce geste écolo n’est pas tout à fait entré dans les moeurs des départements et collectivités d’outre-mer (DOM-COM). Pour (re)motiver les citoyens ultramarins, Eco-Emballages, agréé par l’Etat, lance un plan de relance du recyclage dans ces territoires (hors Nouvelle-Calédonie et Polynésie Française qui, de part leur statut de Pays d’outre-mer, ne sont pas soumis au même Code de l’environnement).

L’enjeu est double : finaliser l’implantation des dispositifs de tri et améliorer la collecte des emballages ménagers là où elle existe déjà. Pour Véronique Héritier, responsable de La Réunion chez Eco-Emballages, « il convient de s’adapter à des mondes et à des réalités différents ». Et pour cela, elle l’affirme : « Il faut développer une autre économie du déchet pour chacun des territoires ultramarins. » Sous-entendu trier plus pour recycler plus, surtout lorsque les soutiens financiers de l’éco-organisme sont liés aux performances et restent essentiels pour atteindre l’objectif et lancer la machine.

Des DOM-COM peu trieurs

Car pour l’heure, on ne trie pas beaucoup ses déchets en outre-mer. En 2014, on parle d’une moyenne de 15,8 kilos d’emballages ménagers triés et recyclés : 9 kg en Guadeloupe / Saint-Martin, 10 kg en Guyane, 13 kg en Martinique, contre 45,9 kg en métropole. De bien maigres résultats sur des territoires où la préservation de l’environnement est intimement liée à l’attrait touristique. Véronique Héritier explique ces résultats par « la très lente installation des dispositifs ».

Quand la métropole a commencé à trier ces déchets dans les années 2000, c’est beaucoup plus récent dans la plupart des DOM-COM : A Mayotte, 100% de l’île est équipée d’un dispositif de tri des déchets, mais seulement depuis novembre 2013... A Saint-Pierre-et-Miquelon, la mise en place de la collecte sélective date de novembre 2014 alors qu’en Guyane, le premier centre de tri et la première collecte n’ont vu le jour qu’en septembre 2015… Pourquoi l’accélération du déploiement aujourd’hui ? « Le développement des dispositifs de tri est soumis à la loi européenne. Pour les territoires non-équipés, la France peut avoir des pénalités », précise Véronique Héritier. Des enjeux financiers qui incitent fortement l’Etat et les DOM-COM à devenir écolos sous couvert de la loi sur la transition énergétique.

Les Réunionnais sortent du lot

JPEG - 68.2 ko

L’économie sociale et solidaire : alternative de collecte des déchets à La Réunion.

Avec 21,9 kg par habitant et par an d’emballages ménagers recyclables triés et recyclés, La Réunion est le DOM le plus performant. La raison ? Car « le département a lancé le tri dix à quinze ans avant les autres DOM-COM ». Mais pas que... Véronique Héritier pointe également « la motivation des élus et des personnels réunionnais que l’on ne retrouve pas toujours dans les autres territoires ». A La Réunion, il existe « une réelle volonté politique » qui serait au final incitative d’après elle. « Actuellement, si les collectivités réunionnaises ont réduit les fréquences de collecte dans une logique de baisse des taxes, de maîtrise des coûts et de réduction de l’emprunte carbone, elles ont aussi accepté de mener des actions de sensibilisation plus accrues », termine fièrement la responsable du DOM le plus trieur.

Parallèlement, des initiatives se mettent en place : « une collecte sélective des bouteilles de soda et de bière s’est développée sur l’île », indique Véronique Héritier. « Je crois en l’économie sociale et solidaire (ESS), particulièrement adaptée à l’outre-mer », lance-t-elle. L’ESS, une alternative pragmatique : « Les volumes actuels de déchets à recycler ne sont pas suffisants pour assurer le fonctionnement pérenne d’unités de traitement, et ce, même si la modernisation du seul centre de tri de l’île est en cours. »
Un manque de déchets recyclables à traiter souvent lié à l’implication de la population, au climat et à l’aspect financier. Et ce, dans tous les DOM-COM.

Pourquoi le tri et le recyclage ne décollent pas dans les DOM-COM ?

« Les territoires ultramarins sont isolés, denses et moins riches que ceux de la métropole. Cela freine considérablement les performances de tri », expose Véronique Héritier. En outre-mer, il y a une forte pression foncière, accentuée par des zones difficiles d’accès et des transports locaux coûteux. « La collecte est parfois une véritable gageure », soupire-t-elle.
À cela s’ajoute la convention de Bâle relative au transfert transfrontalier des déchets. De fait, les DOM-COM non-équipés d’unités de traitement in situ doivent, à prix fort, expédier les déchets recyclables vers la métropole : « Cela réduit les coopérations inter-DOM et avec les autres États de la même zone géographique », témoigne Véronique Héritier qui pense néanmoins que la sortie du statut de déchet de certaines matières va faire évoluer la règlementation.

JPEG - 117 ko

L’installation de stockage des déchets non dangereux à Saint-Martin.

Autre trouble-fête : le climat. En raison de l’hygrométrie, le papier et le carton sont par exemple difficilement valorisables si on les stocke trop longtemps. Les engins techniques trop innovants sont également sensibles. A Saint-Martin, Patrick Villemin, président de la société Verde SMX qui gère le site de recyclage-valorisation, avoue qu’il s’agit là de la plus grande difficulté : « Les coûts et les délais de livraison pour du matériel neuf nous freinent énormément. On essaie de gérer au mieux avec du matériel d’occasion : le système de débrouille est très important à Saint-Martin ! »

Puis il y a les coûts de gestion. En outre-mer, le taux de recouvrement des impôts ou redevances permettant de financer la collecte et le traitement des déchets est significativement plus faible qu’en métropole. Résultat : peu de projets d’investissement nécessitant des fonds publics et peu d’engagement des collectivités. « Il faut privilégier le recyclage uniquement lorsque les bénéfices sont supérieurs aux coûts », annonce Véronique Héritier.
Une démarche liée à l’implication de la population ultramarine qui doit inexorablement remplir ses poubelles de matières recyclables. A Saint-Martin, Patrick Villemin l’admet : « Il faudrait que le tri à la source soit de plus grande qualité. » Véronique Héritier renchérit en souhaitant développer une communication engageante :« nous devons insister sur les dommages locaux induits par les comportements inciviques. » Changer les habitudes : voilà peut être ce qui s’avèrera le plus ardu.

La COP21 : accélérateur de changement en outre-mer ?

JPEG - 61.5 ko

Les DOM-COM à l’orée d’un plan de relance du tri et du recyclage des déchets.

Aujourd’hui, les déchets génèrent des émissions de gaz à effet de serre lorsqu’ils sont traités (enfouis ou brûlés). Sachant que les DOM-COM sont plus sensibles aux changements climatiques, il y a urgence.

Présenté lors de la COP21, le plan de relance pour améliorer les performances de tri et de recyclage dans les DOM-COM sera peut-être l’élément accélérateur d’une prise de conscience écologique et d’une nouvelle économie en outre-mer.
Naviguer vers plus de tri et de recyclage, c’est aussi s’embarquer dans la création d’emplois dans des territoires où le chômage reste très élevé. Les déchets : une ressource à ne pas négliger.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook