l'info d'aujourd'hui par les journalistes de demain

Abonnez-vous aux flux RSS de haut courant

Mise à jour : 16 octobre 2017

La terrible situation des Aborigènes d’Australie

lundi 12/09/2011 - mis à jour le jeudi 08/09/2011

Crédit photo : Anoek de Groot / AFP

Un taux de suicide démentiel frappe la population aborigène d’Australie, victime de la discrimination, de la drogue et de l’alcool. Avec un risque, selon Les Malezer, représentant aborigène, de voir ce peuple disparaître purement et simplement.

« Il y a un vrai risque que mon peuple disparaisse ». Cri d’alarme lancé dans l’enceinte du World Intellectual Propety Organization (WIPO) à Genève par Les Malezer, Aborigène australien et président du Forum des peuples autochtones.
Révélateur d’un immense mal-être, le taux de suicide au sein de la population aborigène inquiète par son ampleur. Il est quatre fois plus élevé que dans le reste de la population australienne. La majorité des suicides est enregistrée chez les moins de 30 ans, selon la BBC. Ce phénomène s’explique par le fait que les Aborigènes « ne sont pas acceptés, ils sont discriminés et surtout séparés de leur terre et de leur mode de vie, ce qui leur fait perdre tous leurs repères et peut les conduire au suicide », analyse Pierrette Birraux Ziegler, du Centre de documentation, de recherche et d’information des peuples autochtones (DOCIP).

Une véritable crise identitaire

« Dans le domaine de la santé, de l’emploi, de l’éducation, les Aborigènes sont très marginalisés par rapport au reste de la population, alors que seulement un tiers d’entre eux vit dans une partie reculée du territoire. Leur niveau de vie est plus faible que celui des pays du Tiers-Monde alors que l’Australie fait partie des pays riches », déplore Les Malezer.
Et le gouvernement australien, que fait-il ? « Il prend un certain nombre de mesures pour améliorer leur situation mais c’est toujours imposé par le haut. Le gouvernement passe toujours par des intermédiaires » ajoute t-il. La solution, selon lui, consiste à « donner l’autorité aux communautés elles-mêmes pour qu’il y ait une auto-gestion plus efficace. L’Etat devrait seulement intervenir ponctuellement et dans des domaines bien particuliers ». Pour Pierrette Birraux Ziegler, « il y a une déclaration des droits des peuples autochtones qui a été élaboré avec ces peuples et qui a été adoptée par l’ONU en 2007 après des années de discussion, il faut simplement la faire respecter » souhaite t-elle. L’Australie avait voté contre dans un premier temps avant de la signer deux ans plus tard.

Un risque de génocide culturel

Toutefois, le problème semble bien plus profond puisque « le gouvernement australien voit les Aborigènes comme des soûlards, des fainéants. Il souhaite les assimiler de force sans considération pour leur identité culturelle, sans parler du racisme dont les Aborigènes sont l’objet » s’insurge Les Malezer. Il souhaite que la culture aborigène soit reconnue, respectée, afin de mettre fin à une assimilation forcée qui finit par détruire son peuple. Car pour survivre, les Aborigènes ont besoin de voir leur mode de vie respectée, avec leur attachement à leur terre et à leurs traditions. D’où sa volonté de faire adopter un traité reconnaissant le droit de propriété intellectuel des peuples autochtones, afin que les dessins, les peintures, et les sculptures ainsi que les dessins et modèles architecturaux aborigènes soient reconnus comme le fruit d’une culture à part entière. Si l’attitude des autorités australiennes ne changent pas, Les Malezer craint un génocide culturel voire une disparition de son peuple à court terme, tant le malaise identitaire est profond. Il poursuit donc son combat pour éviter une telle situation.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

4 réactions

Réagissez

  • repondre message

    Comme dit Sydney : "La situation des Aborigènes est malheureusement bien similaire à celle de nombreuses nations sur cette terre : les Papous, les Amérindiens, les Inuits, les Tibétains... ". Il faudrait dire de TOUS les peuples dont la culture est dominée par ceux qui sont plus en avance (science, technique, distance par rapport aux religions, organisation politique). Car tout va avec. Ce n’est pas une question de démocratie. Les provinces françaises ont "subi" cette acculturation avec l’assentiment de leurs élites qui y voyaient un progrès. La Corse n’est que la dernière province sur cette voie. Ce n’est pas un ethnocide (Lévi-Strauss) mais la marche normale des nations : le Japon a su garder de son identité en intégrant la modernité, la France saura-t-elle le faire sous l’avalanche de la technologie étatunienne ?

  • La terrible situation des Aborigènes d’Australie

    16 septembre 2011 20:44, par Sydney

    repondre message

    Merci Farid pour cet article. Enfin une information, quelque chose à lire sur Hautcourant depuis des mois de vide quasi sidéral.... Vos articles ont souvent été bien intéressants au cours de cette année... Celui-ci l’est aussi. La situation des Aborigènes est malheureusement bien similaire à celle de nombreuses nations sur cette terre : les Papous, les Amérindiens, les Inuits, les Tibétains... A qui on vole, terres, identité, culture... Qui sont aculturisés au point de ne rien pouvoir faire, sinon se réfugier dans les drogues, l’alcool, et dont les taux de suicides augmentent, augmentent dans la plus grande indifférence....

  • La terrible situation des Aborigènes d’Australie

    14 septembre 2011 03:59, par Julia

    repondre message

    Les aborigènes sont un peuple intelligent, sensible .Doués d’un sens artistique époustouflante, ils sont d’une grande fragilité identitaire face aux nouveaux australiens : une culture multi-millénaire pour moins de 200 000 personnes ,perdue au milieu des valeurs , du pouvoir , et du nombre du monde occidental. Peu d’australiens les comprennent, et pas ceux qui lé gifèrent sur leur sort. L’assistance revêt ici une forme d’infantilisation de tous. Ils doivent trouver leur propre voie avec l’entière responsabilité de se gouverner et de choisir leur place dans un monde contemporain.Ce que leur culture étonnante leur donne les moyens de faire.Ils sont uniques et précieux pour l’humanité.

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook