l'info d'aujourd'hui par les journalistes de demain

Abonnez-vous aux flux RSS de haut courant

Mise à jour : 16 octobre 2017

Anniversaire

La révolution égyptienne du 25 janvier 2011 en images

vendredi 25/01/2013 - mis à jour le mardi 22/01/2013

Portés par la révolution tunisienne, ils sont des milliers d’Égyptiens a être descendus dans les rues, le 25 janvier 2011, pour demander la chute de Hosni Moubarak. Durant 18 jours, la place Tahrir et le centre-ville du Caire sont devenus le théâtre d’un mouvement de contestation sans précédent. Manifestations, affrontements, moments de joie et de peine, voici un petit retour en image sur la révolution du 25 janvier.

info portfolio

Dès le 28 janvier, les fast-food de la place Tahrir ont été mis à sac. 1er février 2011, place Tahrir. Appelée la "journée du million", plusieurs centaines de milliers d'opposants au régime manifestent sur la place de la Libération, pour demander la chute de Hosni Moubarak. 1er février 2011. Les manifestants dénoncent la police, qui a tiré à balles réelles sur les opposants. 1er février 2011. Une photo personnalisée de Hosni Moubarak. 1er février 2011. Jour et nuit, un hélicoptère de l'armée survole le centre-ville du Caire. 2 février 2011, pont du 6 Octobre. Bataille des chameaux. Les Pro-Moubarak attaquent les manifestants de la place Tahrir. 2 février 2011. Dans la rue Talaat Harb, les pro-Moubarak revendiquent leur amour pour le raïs. 2 février 2011. Les premiers blessés sont soignés dans un hôpital de fortune de la place Tahrir. 3 février 2011, place Tahrir. Les manifestants se reposent entre deux attaques des pro-Moubarak. Beaucoup sont blessés à la tête à cause des jets de pierres et des cocktails molotov. 3 février 2011. Point infirmerie sur la place Tahrir. "Nous ne savons pas combien de temps nous allons tenir s'il y a une nouvelle attaque.", commente un médecin bénévole. 3 février 2011. Place Tahrir. Cartouches, bombes de gaz lacrymogène et cartes d'identité d'agents de la police, trouvés lors des affrontements. 3 février 2011. Rue Talaat Harb. Les barricades entourent la place Tahrir. D'un côté il faut passer les check-point de sécurité des révolutionnaires, de l'autre les pro-Moubarak menacent les étrangers et tous ceux qu'ils soupçonnent d'être des opposants au régime. 4 février 2011. Un point infirmerie de la place Tahrir. Derrière, le célèbre musée archéologique du Caire où se trouvent les trésors de Toutankhamon. 4 février 2011, place Tahrir. Malgré les attaques régulières des pro-Moubarak, des dizaines de milliers d'Égyptiens ont rejoint la place pour le grand prêche du vendredi. 4 février 2011. Les révolutionnaires se préparent à une nouvelle attaque des pro-Moubarak. Il est environ 14 h, une heure plus tard les pierres voleront de nouveau. 25 janvier 2011, place Tahrir, Le Caire. Une dizaine de milliers de manifestants occupent la place Tahrir. Premier signe de victoire, car en Egypte les manifestations et les rassemblements sont strictement interdits par le régime autoritaire de Hosni Moubarak. 25 janvier 2011. Place Tahrir. Durant la soirée, les forces de sécurité se déploient autour de la place Tahrir. A minuit, elles "nettoient" les lieux à coups de matraque, de chevrotines et de gaz lacrymogène. Les manifestants qui n'ont pas eu le temps de s'enfuir sont passés à tabac puis arrêtés par les fameux "baltagayya" (prisonniers payés par l'Etat pour aider les forces de sécurité. Habillés en civil, ils sont armés de barres de fer et de couteaux). 29 janvier 2011, place Tahrir. La veille, les manifestants ont repris la place. Dans la soirée les chars de l'armée sont arrivés au Caire sous les acclamations des contestataires. 29 janvier 2011. Rue Qasr el Aïni, les chars de l'armée protègent l'accès au Parlement. 29 janvier 2011. Place Tahrir, derrière les manifestants le siège du Parti National Démocratique (le parti au pouvoir) est en feu. 30 janvier 2011, Le Caire. La nuit du 29 au 30 janvier, surnommée la nuit du chaos, a été très meurtrière. Hosni Moubarak a ouvert les prisons et a ordonné à la police de quitter la capitale. Pour se protéger des vols, des incendies et des meurtres, les habitants du Caire se sont organisés en milices de quartier. 30 janvier 2011. Lors de l'attaque du ministère de l'Intérieur, dans la nuit du 29 au 30 janvier, la police a tiré à balles réelles sur les manifestants. 30 janvier 2011. La petite salle de prière, rue Mohamed Mahmoud, est devenue en une nuit un hôpital de fortune. "Au moins 50 manifestants sont morts ici la nuit dernière, pendant l'attaque du ministère de l'Intérieur", explique un homme.
Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook