l'info d'aujourd'hui par les journalistes de demain

Abonnez-vous aux flux RSS de haut courant

Mise à jour : 9 mars 2017

« La présidentielle n’est pas bonne pour EELV mais cruciale pour nos idées »

lundi 14/11/2016 - mis à jour le jeudi 01/12/2016

Pas de chance pour le député EELV de l’Hérault, Jean-Louis Roumégas. Il a soutenu au premier tour de la primaire écologiste l’ancienne ministre Cécile Duflot puis Michèle Rivasi au second, battue par Yannick Jadot.

Figure locale de l’écologie politique, Jean-Louis Roumégas, 53 ans, plaide pour une candidature autonome de son parti à la présidentielle.

Compte tenu de la faible surface médiatique de Yannick Jadot, votre candidat à l’Élysée, est-ce qu’EELV fera de la figuration dans cette campagne ?

Oui on sait que pour nous c’est risqué mais c’est l’élection majeure. Si vous n’êtes pas dans les débats lors d’une présidentielle, personne ne parle d’écologie. On ne peut pas y échapper si on veut parler d’écologie. Ce n’est pas nécessairement bon pour nous en tant que parti mais c’est un moment crucial pour nos idées.

Pourquoi ne pas avoir rejoint Jean-Luc Mélenchon qui propose une planification écologiste ?

La question ne s’est même pas posée car il a décidé d’y aller seul. Puis EELV doit tenir une ligne d’autonomie. Faire exister un parti écologiste c’est indispensable même si l’élection présidentielle nous est défavorable. On fait traditionnellement des scores plus élevés aux régionales.

Comment avez-vous vécu cette primaire sur un plan personnel ?

La démocratie a parlé, ma candidate Michèle Rivasi s’est exprimée à ce sujet. Comme elle, je soutiendrai et je ferai campagne pour Yannick Jadot. La primaire a été constructive. Elle a donné lieu à des moments de travail et d’échange.

La famille écologiste totalement dispersée aujourd’hui peut-elle se recomposer ?

Ça va être difficile. EELV est ouvert à tous. Après il y a des choses qui sont difficiles à vivre. Pour certains,la démission d’Emmanuelle Cosse pour entrer au gouvernement a été vécue comme une trahison. Elle avait bien caché son jeu et a trompé les gens. C’est un problème de déontologie et de morale grave. Les autres partants,François De Rugy et Jean-Vincent Placé, ont annoncé la couleur : ils ont fait un choix stratégique qui est celui de rejoindre le PS. Sincèrement je pense qu’ils ont échoué à faire prendre un virage écologiste au gouvernement. Je pense qu’il faut un pôle écologiste autonome, capable de passer des accords, mais à condition de les respecter.

Serez-vous candidat aux prochaines législatives et êtes-vous favorable à un accord de gouvernement avec le PS ?

Oui je me représente en 2017. Au niveau national, il n’y a pas d’accord gouvernemental mais au niveau local, on peut au moins s’entendre dans les endroits difficiles, pour éviter que le Front National passe. Il faut travailler pour éviter une multiplication des candidatures de gauche.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook