l'info d'aujourd'hui par les journalistes de demain

Abonnez-vous aux flux RSS de haut courant

Mise à jour : 9 mars 2017

Coup de grêle sur la cuvée solidaire du Pic Saint-Loup

mercredi 01/02/2017 - mis à jour le jeudi 02/02/2017

Suite à notre article sur la cuvée solidaire « Languedoc Solidarité Grêle » en soutien aux vignerons sinistrés du Pic Saint-Loup et de l’ensemble des coteaux du Languedoc, nous avons profité du salon Vinisud pour rencontrer des vignerons dubitatifs sur l’utilisation de l’argent qui sera récolté.

« On se fout de notre gueule, on se sert de nous » tempête Fabrice Bonmarchand, directeur du Mas de L’Oncle à Lauret, qui estime avoir perdu plus de 90% de sa production lors de l’épisode de grêle qui a frappé le vignoble du Pic Saint-Loup mi août dernier. Selon lui, « l’argent n’ira pas aux sinistrés, on ne peut pas dire que c’est une cuvée solidaire alors que la somme sera reversée au syndicat d’appellation ». Pour venir en aide aux sinistrés, ce syndicat des vignerons du Pic Saint-Loup a effectivement « créé un fond de solidarité » au lendemain de l’épisode climatique qui a en partie dévasté les vignes. Mais à entendre Fabrice Bonmarchand, « il serait bien d’avoir des nouvelles six mois après » et de savoir comment les fonds récoltés seront reversés à ceux qui en ont besoin. Selon ses comptes, il perdra environ 200 000 euros de chiffre d’affaire.

« Le mieux serait de venir acheter directement chez nous pour nous soutenir »

Marion Mavel, animatrice du syndicat et chargée de l’organisation de Vinisud pour les vignerons du Pic Saint-Loup tempère, elle, les inquiétudes : « Le syndicat des vignerons du Pic Saint-Loup n’a pas encore reçu d’argent et il était convenu depuis le début que celui-ci serait destiné à faire la promotion de l’appellation ». De plus, elle affirme que « les vignerons sont informés toutes les semaines avec des réunions publiques ». Un malentendu ? Le directeur du Mas de L’Oncle persiste et est même exaspéré quand des visiteurs du salon lui parlent de cette cuvée solidaire* : « Ça m’énerve », s’insurge-t-il, « les gens viennent nous dire qu’ils ont acheté la cuvée pour nous aider mais le mieux serait de venir acheter directement chez nous ». Pour Fabrice Bonmarchand, « les vignerons touchés auraient pu directement être les commerciaux de cette cuvée ». Il demande surtout une clarification concernant la répartition de la somme qui sera récoltée : « Ce qui n’est pas normal c’est qu’on ne sait pas comment ça va être réparti ».

« Ils se servent de notre malheur »

Pour l’heure, le syndicat des vignerons du Pic Saint-Loup reconnaît ne pas avoir encore réfléchi à la question : « Nous avons des pistes mais on communiquera autour de cela une fois la totalité de l’argent récolté », explique Marion Mavel. Elle tient aussi à rappeler que « l’administration est lente », mais que « tout le monde a travaillé pour que les choses avancent ». L’animatrice souhaite plutôt rester positive autour de ce « réel élan de solidarité qui est une grande preuve d’humanité ». Et d’ajouter que « le maître mot des vignerons du Pic Saint-Loup depuis 30 ans c’est la solidarité ». Un discours inverse à celui de Fabrice Bonmarchand qui affirme vouloir « se démerder tout seul ». Très colère, il va jusqu’à reprocher à tous les intermédiaires de l’opération solidarité de « se servir de notre malheur ».

« Cette action est plus morale que financière »

Régis Valentin, président du syndicat des vignerons du Pic Saint-Loup et lui aussi sinistré, rappelle que « la cuvée solidaire n’est pas destinée qu’au Pic Saint-Loup mais à l’ensemble des coteaux du Languedoc ». D’après lui, « la somme récoltée et ramenée à tous les vignerons impactés sera dérisoire » et qu’il serait finalement plus logique que celle-ci soit destinée « à promouvoir l’appellation ». Lui même ne compte pas sur cet argent mais défend le côté solidaire de l’action : « Ca ne comblera pas mon trou mais cette action est plus morale que financière. »

Auteure d’un livre sur le Pic Saint Loup (Un terroir, Des hommes : Le Pic Saint-Loup), Sharon Nagel qui connaît parfaitement la plupart des vignerons et de leurs représentants syndicaux confirme que l’argent de la cuvée solidaire est bien destiné depuis le début à être reversé pour la promotion de l’appellation Pic Saint-Loup. Mais elle comprend également les interrogations de certains vignerons sinistrés tout en précisant qu’il est trop tôt pour tirer des conclusions puisque la collecte n’est pas terminée. Rappelons que l’argent est d’abord récolté par le syndicat AOC Languedoc qui doit ensuite le reverser au syndicat des vignerons du Pic Saint-Loup. Celui-ci décidera alors comment la somme sera utilisée. La multiplication des intermédiaires et le manque de clarté au départ auraient-ils transformé une louable initiative en un nouveau coup de grêle ?

* La cuvée solidaire n’était pas présente lors du salon Vinisud le premier jour (dimanche 29 janvier). Elle a été livrée le lendemain à la suite de nos questions.

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

1 réaction

Réagissez

  • repondre message

    Ce jeune journaliste doit se renseigner avant d’écouter un vigneron qui ne dit pas la vérité .
    C’est une honte et je demande un droit de réponse car la solidarité ne peut pas mettre en doute la volonté des vignerons de participer à l’aide en achetant une bouteille.
    Tout est clair pour celui qui veut et nous avons les chiffres à votre disposition.
    Fabrice Bonmarchant doit contrôler ses paroles quand on est vigneron.
    Jean-Philippe Granier
    Directeur technique de l’aoc Languedoc
    0607482698

Rejoignez Haut Courant sur Facebook