l'info d'aujourd'hui par les journalistes de demain

Abonnez-vous aux flux RSS de haut courant

Mise à jour : 9 mars 2017

Carol : Apologie de la délicatesse

jeudi 21/01/2016 - mis à jour le mercredi 30/03/2016

Crédit photo : Capture écran youtube

Primé lors du dernier festival de Cannes pour l’interprétation de Rooney Mara – ex-aequo avec Emmanuelle Bercot pour « Mon Roi » – « Carol » est le septième film de Todd Haynes à qui l’on doit l’original biopic de Bob Dylan « I’m not there » (2007) ou encore la série « Mildred Pierce » avec Kate Winslet. Sorti le 13 janvier, cette adaptation du roman de Patricia Hightsmith « The Price of Salt » est un émerveillement perpétuel.

Touchées par la grâce. Deux femmes, Thérèse et Carol, une rencontre, un amour, un interdit. Dressé dans le contexte des années 50, ce mélodrame impose un schéma simple mais d’une finesse étincelante. La grandeur et la portée de l’œuvre ne sont pas le fruit du hasard. Todd Haynes aime « les fifties » et démontre une capacité de reconstitution incroyable. En s’amusant avec ses costumes et ses décors, il restitue l’âme et l’élégance d’une époque, donnant à ses œuvres, et particulièrement à Carol, un classicisme flamboyant tout en gardant une idée de réel historique.

JPEG - 52.4 ko

L’élégance de Cate Blanchett

Inscrire une aventure homosexuelle dans une époque réfractaire à cette idée n’est pas anodin. Mais au lieu de jouer sur l’interdit de cette liaison, il focalise son film sur le désir inhérent, sur l’amour inéluctable des deux protagonistes. Et c’est là que le film emporte la mise, par sa sincérité.

La composition de ses cadrages et le placement de sa caméra sont d’une justesse rare. Pas de fioritures, pas de mouvements brusques mais un sens de la mise en scène dans son terme le plus pur. Une élégance qui prend la pleine mesure de son époque, de ses codes, de ses décors et ses costumes tout en mettant en exergue la moindre des attentions : un regard, un sourire, une caresse, une hésitation. Une manière éblouissante de filmer la pudeur des sentiments.

JPEG - 59.8 ko

Rooney Mara éblouissante dans Carol

Bercée par les mélodieuses touches de piano de Carter Burwell – qui signe une sublime bande originale - l’œuvre affiche une délicatesse et une sensibilité sans égal. Une émotion palpable qui doit beaucoup à Cate Blanchett et Rooney Mara. La première illumine chaque plan de sa prestance, la deuxième bouleverse par son authentique sincérité. Elles animent au détour d’un regard ou d’un geste toute la complexité de leur relation attisée par l’ardeur d’une flamme qui refuse de s’éteindre. Comme le souvenir d’une étreinte qui vous hante. Somptueux.

La bande annonce du film :

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

Rejoignez Haut Courant sur Facebook