l'info d'aujourd'hui par les journalistes de demain

Abonnez-vous aux flux RSS de haut courant

Mise à jour : 16 octobre 2017

Belgique : où sont passés les dirigeants ?

vendredi 28/01/2011 - mis à jour le vendredi 28/01/2011

Dimanche 23 Janvier, une marche de la honte, intitulée “Shame”, a réuni plus de 34 000 participants à Bruxelles. Cette manifestation avait pour but de dénoncer la situation politique qui prive le pays d’un véritable gouvernement depuis plus de sept mois.

Trois étudiants de l’Université Libre de Bruxelles et deux employés étaient à l’initiative de cette marche. L’un d’eux, Félix de Clerck, est le fils de l’actuel Ministre de la Justice, Stefaan de Clerck. Mais, ils se déclarent tous “apolitiques”. La manifestation a été popularisée par le biais du site communautaire Facebook. En quelques jours, ces cinq jeunes gens ont réussi à rassembler une grande partie du peuple belge autour de ce problème, alors que le gouvernement échoue depuis plus de 200 jours.

Le 21 avril 2010, Albert II, roi des Belges, a accepté la démission du gouvernement présentée par Yves Leterme, alors Premier ministre, suite à un désaccord entre les deux communautés linguistiques du pays : les Wallons (francophones) et les Flamands. Les dernières élections législatives de juin 2010 ont débouché sur l’impasse politique actuelle. Incapable de se réunifier autour d’un nouveau gouvernement, la Belgique est depuis administrée par un cabinet chargé d’expédier les affaires courantes.

Une exaspération générale est donc en train de gagner la population. Selon un sondage du quotidien Belge Le Soir en collaboration avec le bureau Dedicated, les principales raisons de la présence des manifestants étaient l’attachement à une Belgique unie (16%), la volonté de voir un gouvernement se former rapidement (15%) et la possibilité d’exprimer leur mécontentement contre le monde politique (13%). Apparemment, il y avait plus de Wallons que de Flamands ce jour là et une majorité de jeunes.

« Espérons que ça changera vite ! »

Des célébrités telles que le dessinateur du Chat, Philippe Geluck ou l’acteur Benoit Poelvoorde se sont également mobilisées pour donner de la voix au mouvement, à leur manière… Alors que le premier parle de « révolution des moules et des frites », le second promet de ne plus se raser la barbe tant qu’une solution ne sera pas trouvée ! L’un des organisateurs de la marche, Simon Vandereecken, a déclaré que le succès de l’évènement avait dépassé leurs espérances. Celui-ci a déclaré à l’AFP : « Nos hommes politiques vont devoir réagir après une telle mobilisation. Dans le cas contraire, on verra quelles initiatives prendre. »
PNG
Nathalie P., flamande d’une trentaine d’années, regrette cette situation. Selon elle, de plus en plus de Belges se désintéressent de la politique car tout ça les énerve, ils se sentent impuissants. Concrètement, l’opposition entre les Flamands et les Wallons ne semble pas évidente. « Au travail, on n’aborde pas le sujet pour éviter toute dispute, mais on s’entend encore très bien » déclare-t-elle.

Et c’est bien là le problème… Il semble que le peuple belge soit obligé de subir une situation qu’il ne supporte plus, ni idéologiquement, ni moralement. Beaucoup ressentent un sentiment de honte face à ce pays, incapable de sortir d’une crise dans laquelle il s’est lui-même plongé.
« Je dois dire que tout le monde en a vraiment assez. Espérons que ça changera vite » conclue Nathalie.

Malheureusement, aujourd’hui, le slogan présent sur le blason de la Belgique semble plus ironique que jamais : « L’union fait la force »… Une idée pourtant autour de laquelle les dirigeants auraient tout intérêt à réfléchir !

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le !

Partager sur Facebook Tweeter Enregistrer sur del.icio.us Enregistrer sur Google Bookmarks Enregistrer sur Yahoo! Envoyer par e-mail

Envoyez un lien vers cet article à la personne de votre choix.
Vous recevrez une copie du message.

2 réactions

Réagissez

  • Belgique : où sont passés les dirigeants ?

    30 janvier 2011 20:17, par Adamo le belge

    repondre message

    C’est vrai qu’il serait temps que les choses bougent un peu ! Merci de relater cet événement pour que les français comprennent qu’il y a des belges préoccupés par cette situation et que tout le monde ne reste pas impuissant !..

  • repondre message

    Article qui résume assez bien la situation, oui.
    Cependant, quelques remarques :

    - Les étudiants sont de la « VUB », l’Université libre, mais flamande, il ne faut donc pas l’appeler "université libre de Bruxelles", mais Vrije Universiteit Brussel (VUB). Encore une affaire belge !

    - Et oui, il y avait des Flamands et des Wallons, mais, surtout, des Bruxellois (il ne faut pas les confondre)

    Tot ziens

Monde //

Rejoignez Haut Courant sur Facebook